Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le train.

par Lynn

Ce matin, comme souvent lorsque nous nous voyons, un de nous a pris le train, je ne sais pas ce que tu en penses, mais je trouve ce moyen de transport extrêmement pervers. Il t'emmène ton amour, puis te le retire également, parfois je souhaiterais qu'il n'y ait que des allés simples. Venir te voir et ne plus repartir, ou inversement.
Ce matin, après ce beau week-end, je t'ai observé t'éloigner, et ça m'a rappeler cette scène du film "à la croisée des mondes" lorsqu'ils séparent la personne de sa "moitié". Certes, aucun de nous deux n'est un animal (la descendance du singe ne compte pas ici). Mais te regarder t'installer, se parler en signes à travers la vitre, être subitement si près mais si loin en même temps du corps de l'autre, puis, le regarder doucement s'éloigner. Il ne sert de courir, il ne s’arrêtera pas. Il ne sert d'hurler, il ne t'entendra pas. C'est ainsi que sans espoir de retour immédiat, le train s'en va. Mais vois, tu, je suis certaine que dans ce même train, il y a quelques hommes et quelques femmes qui rejoignent également l'être aimé, que eux aussi souhaiteraient ne plus repartir des bras de l'autre.
C'est ainsi, que nous avons la chance de pouvoir nous rassurer, car dans quelques mois, cette séparation ne sera plus utile, nous passeront toutes nos nuits dans nos bras mutuels, et même si en journée nous devons être séparés, c'est le cœur joyeux que je partirai, heureuse de te retrouver le soir venu.

Et cela pendant très longtemps. Car, vois tu cher amour, c'est à tes cotés, que dorénavant je décide d'avancer.

8.8.2016.

Le train.
Commenter cet article